ses cinq ans

 

 

A l'aube de ses cinq ans, Moshe sort de son silence...
Un matin, alors qu'il scrute l'horizon, le petit Moshé aperçoit au loin le boulanger, qui comme chaque jour livre de la glace aux habitants des quartiers populaires d'Haïfa qui ne possédent pas de réfrigérateurs. Soudain, il se met à crier :
“Le marchand de glace, le marchand de glace, mamina le marchand de glace arrive”
Bronia n'en revient pas. Elle a l'impression de rêver. Elle se précipite alors vers son fils et le prend dans ses bras. Elle le sert fort contre son coeur, pendant que des larmes coulent sur ses joues. Son petit Moshé à parlé, il est enfin sorti de ce terrible silence dans lequel il s'était enfermé depuis ses premiers mois.
Moshé a trouvé sa voix, elle ne le quittera plus...
Il enchante sa mère par son babillage perpétuel, et très vite, il se met à chanter. Sa famille, émerveillée, découvre sa voix exceptionnelle. Heureux et fier, Moshe s'en donne à coeur joie, il chante du matin au soir et sa voix juste résonne dans toute la maison. Malheureusement, les notes joyeuses n'arrivent pas à dissiper l'ambiance lourde, emprunte du souvenir indicible de la shoah qui règne en permanence chez les Brand.
A partir de l'âge de 6 ans, il est réclamé dans les barmitzvas et les mariages pour interpréter des chants en hébreux, il adore se produire en public, les regards braqués sur lui ne le dérangent pas, et les applaudissements le ravissent.


Vendredi 25 avril 1975. A 13 Heures, un flash innonde les ondes. MIKE BRANT est mort. La nouvelle si inattendue provoque une vive émotion et des tas d'interrogations. Comment imaginer qu'un jeune homme à qui la vie sourit a décidé pourtant de la quitter ?
Mike avait 28 ans, l'âge où tout est permis, l'âge où on ne doute de rien. Mike était une idole adulée par des foules en délire. Il avait son nom en haut de l'affiche. Son corps d'apolon s'étalait dans les pages en couleurs des magazines. Il faisait rêver les adolescentes à la recherche d'un idéal. Il était le grand frère, le fiancé parfait... Comment alors accepter l'inacceptable ?
A l'âge de tous les possible, il est impossible d'imaginer l'inimaginable.

Pourtant, derrière l'illusion, derrière les strass et les paillettes si chères aux années 70, il y avait la réalité. Une réalité que seule Mike connaissait.
Comme un pied de nez à la vie, comme un défi au temps, plus de trente ans après sa disparition, le public garde MIKE BRANT éternellement vivant. Ses chansons continuent de faire battre des cœurs et son sourire de les faire chavirer...

Son père, Fishel Brand, soldat démobilisé, est un juif polonais qui a combattu aux côtés des alliés. Sa mère, Bronia Rosenberg est elle aussi polonaise. Elle a connu les atrocités du camps d'Auschwitz. Ils se sont rencontrés quelques années plus tôt au printemps 1945, en gare de Poking en Bavière (Allemagne) où ils se marient. Bronia est orpheline. Toute sa famille a péri dans les camps de concentration. Quant à Fishel, il a perdu sa femme et ses enfants dans cette guerre. A 42 ans, il veut refaire sa vie. Il est séduit par la jeune Bronia qui n'a que 22 ans. Ensemble, ils ont décidé de tout recommencer...

 

mikebrantuvie

 

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×